Email: info@indigenousnations.org
Donate Now!
x

Blog

Stop the Genocide and Ecocide in Mexico
By: Admin
Jul 2, 2016

 

(English-Francais version)

RESPECTING TOLTEC PEOPLE. NO HIGHWAYS IN OUR SACRED LAND

“We are the first people from Mexico and from the world. We are an ancestral Culture with a distant past that is woven into the mists of time. We are sacred seeds that have been sown and germinated here, from the first humanity. We come from the First Nations, direct descendants of te Otomi-Olmec-Toltec-Teotihuacan great civilizations.

We have a collective memory and historical awareness, cultural heritage, with deep wisdom and the deep roots of the old trees. With the support of our ancestors, we were born here on this earth to be and to live interconnected with our land. We know where we come from and where we are going.

Despite the colonial and neocolonial onslaught, invasions, wars of conquest and extermination, we have suffered for the past five centuries and this is still going on. We, the Otomi Toltec People, have managed to preserve our ancient wisdom, our traditional forms of social organization, sensitivity to harmony, beauty and sacredness of the universe, love and respect for Mother Earth and all living beings.

Today however, our survival and our future as a people is once again in danger!

Concerned by recent events, we denounce the acts of ethnocide and ecocide, which is being committed right now by the current leaders who exercise in a vicious way neo-colonial power.

The Mexican Government, the establishment, the oligarchic state have imposed us a culture of discriminación, racism, violence, pollution, sicknesses, destruction and extermination. They invade, expropriate and steal our lands through a racist and corrupt legal system, anti democratic, authoritarian and fascist practices. They impose us their death projects such as dams, industrial parks, malls, residential complexes, airports, railways and highways.

Like their political and economic predecessors of colonial groups, they once again put our Otomi Toltec People in a situation which threatens the integrity of our lands our territories and our ethnic and social cohesion. They trample the dignity of our families and communities, they jeopardize our tangible and intangible culture, the ancestral spirituality and our vision of the cosmic world.

This is an emergency call and a complaint against Enrique Peña Nieto (President of Mexico) and Eruviel Ávila Villegas (Governor of the State of Mexico). They seek to impose the construction of highways at all costs under the guise of so “called” legal strategies in an authoritarian and violent way. They violate our human and indigenous rights, they just declare a war to us, killing thousands of trees, destroying the biodiversity in our forests, crashing our houses and polluting our springs. They don’t care to destroy our natural and cultural sacred sites. They commit ecocide and ethnocide against the Otomi Toltec people, affecting communities as Xochicuauhtla.

Their sole purpose is to benefit a monopolistic political and economic mafia, linked to multinationals and corrupt Banks. They protect interests of friends and accomplices of the government, such as Juan Armando Hinojosa Cantú (Entrepreneur, owner of Higa Group, who is also involved in the global scandal of alleged tax evaders in Tax havens of “Panama Papers”).

All of them, have declared to wage a kind of low intensity war, a terrorism inflicted by the government against the Otomi Toltec People. This is a neo-colonial and discriminatory campaign with racist and violent actions, which constitute crimes against humanity.

On Monday 11 April 2016, the government under the rule of Ávila Villegas and Peña Nieto, invaded the ancestral territory of the Otomi people in the Community of Xochicuauhtla, municipality of Lerma by surprise at 9 AM, destroying our homes and leaving our sacred land devastated. Over 1,000 riot police, assigned by the State Security Corporation (SSC) and the forces of action and reaction (FAR), infiltrated the community strategically on three fronts.
The purpose of the police was to protect the heavy machinery buldozers that came in the community to demolish the homes of the people. They were from the Autovan Constructora of Teya Higa Group, their mandate was to destroy the houses, raping Mother Nature and sweeping away everything in its path, to make place for this private highway Juan Rodolfo Cantu Hinojosa.

As an act of solidarity in this emergency, about 25 neighbors banded together to defend the family of Armando Garcia Salazar, one of the leaders of the Otomi Toltec Community. His house was completely raided and with that his whole life sullied. The repressive groups of Eruviel Avila and his boss Enrique Peña came order to evict the Otomi with great violence, mostly women, children and grandmothers. The grenadiers entered the family property by force, smashing the door with pipes and firing tear gas into the houses, kicking, dragging, pushing and pulling our Grand Mother Isabel Hernandez with her little grandchild in her arms. Isabelle is also a traditional authority and member of the Indigenous Supreme Council of Xochicuauhtla.

After this brutal attack on the Otomi Toltec Community on 11 April 2016 destroying our homes, polluting our land and exterminating our people and culture, we demand the immediate intervention of the United Nations and the International Court of Justice in The Hague for Enrique Peña Nieto, President of the Republic of Mexico and Eruviel Avila Villegas, Governor of the State of Mexico.

We demand that they are tried for crimes against humanity and nature, namely ecocide and genocide against the Otomi Toltec People and also for the violation of human rights, the rights of indigenous peoples and rights of nature as it is contained in the International declarations, conventions and agreements.

1. We demand the immediate intervention of the United Nations Organization and all national and international bodies to stop the police occupation and invasion by the Mexican government against our Otomi Toltec people in the communities such as San Francisco Xochicuauhtla, municipality of Lerma, State of Mexico. To stop this war of extermination, ecocide, genocide and crimes against sacred territories and humanity, which is happening right now. We demand justice! The leaders responsible for these crimes must be judged, they must pay for every abuse of power.

2. We demand from the Mexican government, the final, immediate and unconditional cancellation of the Decree of Expropriation of 33.5 Hectares in the Sacred Forest of Xochicuauhtla. This was imposed illegally on all the Otomi people, by government of Enrique Peña Nieto and Eruviel Avila Villegas. WE demand the unconditional suspension of the highway toll from Toluca-Naucalpan, in Xochicuauhtla Territory, by the Autovan Constructora Teya of the Higa Group. The immediate, total and unconditional withdrawal of the police force, bulldozers and staff of the company.

3. We demand the immediate resignation of Enrique Peña Nieto, President of Mexico and Eruviel Ávila. This government of Mexico is directly responsible for ecocide and genocidal war, using state terrorism; applying systematic violence, series of environmental crimes in the Otomi Toltec Territory, for grave violations against Mother Nature, a Human Rights.

4. We demand the UN, UNESCO, ILO, OAS and the International Community to pressure the Mexican government (executive, legislative and judicial branches of the Federal Government and the Government of the State of Mexico), to fully implementthe international conventions and treaties adopted and ratified by the Mexican Government as:
a) the Universal Declaration of the Rights of Indigenous Peoples of the United Nations Organization (UN) in 2007;
b) the American Declaration on the Rights of Indigenous Peoples of the Organization of American States (OAS) in 2006;
c) Convention 169 on Indigenous and Tribal Peoples in Independent Countries (ILO) in 1990;
d) Conventions, Treaties and International Agreements signed by Mexico to the UN Human Rights that protect and promote the collective rights of Indigenous Peoples;
e) The National Legislation and Law of Indigenous Rights and Cultures of Concord and Pacification Commission and the Mexican Congress in 2006.

Most importantly we demand the unconditional respect of all our rights as indigenous people, including the rights to self-determination, sovereignty and independence of our lands and territories, the free management of our environment, housing, social, cultural and spiritual.
We demand the end of this war of this insidious extermination in the name of so-called progress and economic development, the end of terrorism by the Government of Mexico and the State of Mexico, the end of all forms of discrimination, racism and violence against our people.

We appreciate the immediate solidarity with the Otomi Toltec people, to have the respect and be able to fully exercise their inalienable right of self-determination and as an expression of this, the Political, Territorial and Cultural Autonomy. To have the respect for all its historical and collective rights, to defend the integrity of their ancestral lands and territories, to have a harmonious land, healthy environment, water, life and happiness.

We want to live in peace, justice and dignity for all peoples and in perfect harmony with nature.

Infinite Gratitude”
Otomi Toltec Olmec Teotihuacan People & International Committee in Solidarity of the Otomi Toltec Olmec Teotihuacan People

(FRANÇAIS)

RESPECTEZ LE PEUPLE TOLTEQUE. PAS D’AUTOROUTES DANS NOTRE TERRE SACRÉE.

“Nous sommes les premières personnes le plus vieux du Mexique et du monde,
Nous sommes une culture ancestrale avec un passé lointain qui est tissé dans la nuit des temps.
Nous sommes des graines sacrées qui ont été ensemencées et germent ici, à partir de la première humanité.
Nous venons des Premières nations, des descendants directs des grandes civilisations Toltèque-Olmèque-Teotihuacan
Nous avons une mémoire collective et la conscience historique, patrimoine culturel, avec la sagesse profonde et les racines profondes des vieux arbres.
Avec le soutien de nos ancêtres, nous sommes nés ici sur cette terre d’être et de vivre interconnecté avec notre terre. Nous savons d’où nous venons et où nous allons.

Malgré l’assaut colonial et néocoloniale, invasions, guerres de conquête et d’extermination, nous avons souffert pendant les cinq derniers siècles et cela est toujours en cours. Nous, le Peuple Otomi Toltèque personnes, ont réussi à préserver notre sagesse antique, nos formes traditionnelles d’organisation sociale, la sensibilité à l’harmonie, la beauté et le caractère sacré de l’univers, l’amour et le respect de la Terre Mère et tous les êtres vivants.

Aujourd’hui, cependant, notre survie et de notre avenir en tant que peuple est de nouveau en danger!
Préoccupés par les récents événements, nous dénonçons les actes d’ethnocide et d’écocide, qui est commis en ce moment par les dirigeants actuels qui exercent d’une manière vicieuse puissance néo-coloniale.

Le gouvernement mexicain, l’établissement , l’état oligarchique nous ont imposé une culture de discriminación, le racisme, la violence, la pollution, les maladies, la destruction et l’extermination. Ils envahissent, exproprient et volent nos terres par le biais d’un système juridique raciste et corrompu, les pratiques anti- démocratiques, autoritaires et fascistes. Ils nous imposent leurs projets de mort tels que les barrages, les parcs industriels, centres commerciaux, complexes résidentiels, les aéroports, les chemins de fer et les autoroutes.

Comme leurs predecessors politiques et économiques des groupes coloniaux, ils ont mis une nouvelle fois à notre Peuple Otomi Toltèque dans une situation qui menace l’intégrité de nos terres de nos territoires et de notre cohésion ethnique et sociale. Ils piétinent la dignité de nos familles et communautés, elles mettent en péril notre culture tangible et intangible, la spiritualité ancestrale et notre vision du monde cosmique.

Ceci est un appel d’urgence et une plainte contre Enrique Peña Nieto (Président du Mexique) et Eruviel Ávila Villegas (gouverneur de l’État du Mexique),
Ils cherchent à imposer la construction d’autoroutes à tout prix, sous le couvert de tant »appelés« stratégies juridiques de façon autoritaire et violente.

Ils violent nos droits humains et comme peuples autochtones, ils nous déclarent simplement une guerre, en tuant des milliers d’arbres, la destruction de la biodiversité dans nos forêts en écrasant nos maisons et en polluant nos sources. Ils ne se soucient pas de détruire nos sites sacrés naturels et culturels. Ils commettent écocide et ethnocide contre le peuple Otomi Toltèque, affectant les communautés que Xochicuauhtla.

Leur seul but est de bénéficier d’une mafia politique et économique monopolistique, liée aux multinationales et les banques corrompues. Ils protègent les intérêts des amis et complices du gouvernement, tels que Juan Armando Hinojosa Cantú (Entrepreneur, propriétaire de Higa Group, qui est également impliqué dans le scandale mondial de fraudeurs fiscaux présumés dans les paradis fiscaux de “Panama Papers”). Chacun d’entre eux, ont déclaré mener une sorte de guerre de faible intensité, un terrorisme infligé par le gouvernement contre le Peuple Otomi Toltèque. Ceci est une campagne néocoloniale et discriminatoire des actions racistes et violents, qui constituent des crimes contre l’humanité.

Lundi 11 Avril 2016, le gouvernement en vertu de la règle de Ávila Villegas et Peña Nieto, a envahi le territoire ancestral du peuple Otomi Toltèque dans la Communauté de Xochicuauhtla, commune de Lerma par surprise à 9 heures, détruisant nos maisons et laissant notre sacré dévasté.
Plus de 1.000 policiers anti-émeutes, attribuées par la Société d’Etat de sécurité (SSC) et les forces d’action et de réaction (FAR), infiltrés dans la communauté stratégique sur trois fronts.

Le but de la police est de protéger les Buldozers de machinerie lourde, qui sont venus dans la communauté de démolir les maisons des gens. Ils étaient de la Constructora de Teya Auto-caravane Higa Groupe, leur mandat était de détruire les maisons, violant Mère Nature et balayant tout sur son passage, pour faire place à cette route privée Juan Rodolfo Cantu Hinojosa.

Comme un acte de solidarité dans cette situation d’urgence, environ 25 voisins se sont regroupés pour défendre la famille de Armando Garcia Salazar, leader de la communauté Otomi Toltèque. Sa maison a été entièrement pillé et que toute sa vie souillée. Les groups répressifs d’Eruviel Avila et son patron Enrique Peña sont venus pour expulser le Otomi Toltèque avec une grande violence, la plupart des femmes, des enfants et des grands-mères. Les grenadiers sont entrés propriété familiale par la force, brisant la porte avec des tuyaux et tirant des gaz lacrymogènes dans les maisons, coups de pied, faisant glisser, pousser et tirer la grande mère Isabel Hernandez avec sa petite fille dans ses bras. Isabelle est aussi une autorité traditionnelle et membre du Conseil suprême Indigène de Xochicuauhtla.

Après cette attaque brutale du Gouvernement Mexicain sur la Communauté Otomi Toltèque du 11 Avril 2016 détruisant nos maisons, tuer des milliers des arbres, polluer nos terres, et exterminant notre peuple et notre culture, nous demandons l’intervention immédiate de l’Organisation des Nations Unies et la Cour internationale de Justice à La Haye pour Enrique Peña Nieto, Président de la République du Mexique et Eruviel Avila Villegas, gouverneur de l’État de Mexico.

Nous exigeons qu’ils soient jugés pour crimes contre l’humanité et de la nature, à savoir écocide et de génocide contre les Otomi toltèques gens et aussi pour la violation des droits de l’homme, les droits des peuples et droits de la nature indigènes comme il est contenu dans les déclarations internationales, conventions et les accords.

1. Nous demandons l’intervention immédiate de l’Organisation des Nations Unies et tous les organismes nationaux et internationaux pour arrêter l’occupation de la police et de l’invasion par le gouvernement mexicain contre notre Peuple Otomi Toltèques dans les communautés telles que San Francisco Xochicuauhtla, commune de Lerma, État de Mexico . Pour arrêter cette guerre d’extermination, écocide, génocide et crimes contre l’humanité et territoires sacrés, ce qui se passe actuellement.
Nous exigeons la justice! Les dirigeants responsables de ces crimes doivent être jugés, ils doivent payer pour tous les abus de pouvoir.

2. Nous exigeons du gouvernement mexicain, l’annulation définitive, immédiate et inconditionnelle du décret du Expropriation de 33,5 Hectares Sacré Xochicuauhtla Territoire. Cela a été imposé illégalement sur tout le peuple Otomi, par le gouvernement de Enrique Peña Nieto et Eruviel Avila Villegas. Nous exigeons la suspension inconditionnelle de l’autoroute à péage de Toluca-Naucalpan, dans Xochicuauhtla territoire, par le Constructora Teya Auto-caravane du Groupe Higa. Le retrait immédiat, total et inconditionnel des forces de police, des bulldozers et le personnel de l’entreprise.

3. Nous exigeons la démission immédiate de Peña Nieto Enrique, Président du Mexique et Eruviel Ávila. Le gouvernement du Mexique est directement responsable de l’écocide et de la guerre génocidaire, en utilisant le terrorisme d’État; l’application de la violence systématique, série de crimes environnementaux dans le territoire Otomi toltèque, de graves violations contre Mère Nature, un droits de l’homme.

4. Nous exigeons l’ONU, l’UNESCO, l’OIT, l’OEA et la communauté internationale à faire pression sur le gouvernement mexicain (exécutif, législatif et judiciaire du gouvernement fédéral et le gouvernement de l’État du Mexique), aux conventions et traités internationaux pleinement implementthe adoptés et ratifié par le gouvernement mexicain:
a) la Déclaration universelle des droits des peuples autochtones de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en 2007;
b) la Déclaration américaine sur les droits des peuples autochtones de l’Organisation des États américains (OEA) en 2006;
c) Convention 169 relative aux peuples indigènes et tribaux dans les pays indépendants (OIT) en 1990;
d) conventions, traités et accords internationaux signés par le Mexique aux droits de l’homme des Nations Unies qui protègent et promeuvent les droits collectifs des peuples autochtones;
e) La législation nationale et du droit des droits des peuples autochtones et des Cultures de Concord et de Pacification Commission et le Congrès mexicain en 2006.

Plus important encore, nous exigeons le respect inconditionnel de tous nos droits en tant que peuples autochtones, y compris les droits à l’autodétermination, à la souveraineté et l’indépendance de nos terres et territoires, la gestion libre de notre environnement, le logement, social, culturel et spirituel.
Nous exigeons la fin de cette guerre d’extermination insidieuse au nom de la soi-disant progrès et le développement économique, la fin du terrorisme par le gouvernement du Mexique et l’État de Mexico, la fin de toutes les formes de discrimination, de racisme et de violence contre notre peuple.

Nous apprécions la solidarité immédiate avec le Peuple Otomi Toltèque, d’avoir le respect et être en mesure d’exercer pleinement son droit inaliénable à l’autodétermination et comme une expression de cela, la politique, territoriale et l’autonomie culturelle. Pour que le respect de tous ses droits historiques et collectifs, pour défendre l’intégrité de leurs terres et territoires ancestraux, d’avoir une terre harmonieuse, un environnement sain, l’eau, la vie et dans la joie.

Nous voulons vivre en paix, la justice et la dignité pour tous les peuples et en parfaite harmonie avec la nature.

Gratitude Infinie”
Peuple Otomi Toltèque Olmèque Teotihuacan
Comité Internationale de Solidarité pour le Peuple Indigène Otomi Toltèque Olmèque Teotihuacan

 

 

 

 

Sign Petition "SOS from the Otomi Toltec People (Mexico)" to the United Nations

(ENGLISH AND FRENCH VERSION)

*To the United Nations (UN) to the attention of Secretary-General, Ban Ki-Moon
United Nations, New York, NY 10017 United States.

*To the Office of the High Commissioner for Human Rights
Zeid Ra'ad Al Hussein in Geneva, Switzerland

*To the Secretary-General of the Office of Human Rights, Ivan Šimonović in New York City,

*To the Office of the High Commissioner for Human Rights in Mexico

*To the Committee of the Elimination of All Forms of Racial Discrimination
Geneva, Switzerland

*To the UN Permanent Forum on Indigenous Issues in New York

*To the Special Rapporteur on the Rights of Indigenous Peoples, Victoria Tauli-Corpuz

*To the Organization of American States (OAS) with attention to the Secretary General Luis Almagro

*To the Inter-American Commission on Human Rights

*To the International Labour Organization (ILO) with attention to Director General Guy Ryder

*To the United Nations on Education, Sciences and Culture Organization (UNESCO)

* International Organizations & Governments from Around the World.

FROM the International Campaign in Solidarity of the Otomi People from the Toltec-Olmec and Teotihuacan Lineag

SUBJECT: Urgently requesting support against acts of genocide and ecocide from the Mexican Government.

"We are the first people from Mexico and from the world. We are an ancestral Culture with a distant past that is woven into the mists of time. We are sacred seeds that have been sown and germinated here, from the first humanity. We come from the First Nations, direct descendants of te Otomi-Olmec-Toltec-Teotihuacan great civilizations.

We have a collective memory and historical awareness, cultural heritage, with deep wisdom and the deep roots of the old trees. With the support of our ancestors, we were born here on this earth to be and to live interconnected with our land. We know where we come from and where we are going.

Despite the colonial and neocolonial onslaught, invasions, wars of conquest and extermination, we have suffered for the past five centuries and this is still going on. We, the Otomi Toltec People, have managed to preserve our ancient wisdom, our traditional forms of social organization, sensitivity to harmony, beauty and sacredness of the universe, love and respect for Mother Earth and all living beings.

Today however, our survival and our future as a people is once again in danger!

Concerned by recent events, we denounce the acts of ethnocide and ecocide, which is being committed right now by the current leaders who exercise in a vicious way neo-colonial power.

The Mexican Government, the establishment, the oligarchic state have imposed us a culture of discriminación, racism, violence, pollution, sicknesses, destruction and extermination. They invade, expropriate and steal our lands through a racist and corrupt legal system, anti democratic, authoritarian and fascist practices. They impose us their death projects such as dams, industrial parks, malls, residential complexes, airports, railways and highways.

Like their political and economic predecessors of colonial groups, they once again put our Otomi Toltec People in a situation which threatens the integrity of our lands our territories and our ethnic and social cohesion. They trample the dignity of our families and communities, they jeopardize our tangible and intangible culture, the ancestral spirituality and our vision of the cosmic world.

This is an emergency call and a complaint against Enrique Peña Nieto (President of Mexico) and Eruviel Ávila Villegas (Governor of the State of Mexico). They seek to impose the construction of highways at all costs under the guise of so “called” legal strategies in an authoritarian and violent way. They violate our human and indigenous rights, they just declare a war to us, killing thousands of trees, destroying the biodiversity in our forests, crashing our houses and polluting our springs. They don't care to destroy our natural and cultural sacred sites. They commit ecocide and ethnocide against the Otomi Toltec people, affecting communities as Xochicuauhtla.

Their sole purpose is to benefit a monopolistic political and economic mafia, linked to multinationals and corrupt Banks. They protect interests of friends and accomplices of the government, such as Juan Armando Hinojosa Cantú (Entrepreneur, owner of Higa Group, who is also involved in the global scandal of alleged tax evaders in Tax havens of "Panama Papers").

All of them, have declared to wage a kind of low intensity war, a terrorism inflicted by the government against the Otomi Toltec People. This is a neo-colonial and discriminatory campaign with racist and violent actions, which constitute crimes against humanity.

On Monday 11 April 2016, the government under the rule of Ávila Villegas and Peña Nieto, invaded the ancestral territory of the Otomi people in the Community of Xochicuauhtla, municipality of Lerma by surprise at 9 AM, destroying our homes and leaving our sacred land devastated. Over 1,000 riot police, assigned by the State Security Corporation (SSC) and the forces of action and reaction (FAR), infiltrated the community strategically on three fronts.
The purpose of the police was to protect the heavy machinery buldozers that came in the community to demolish the homes of the people. They were from the Autovan Constructora of Teya Higa Group, their mandate was to destroy the houses, raping Mother Nature and sweeping away everything in its path, to make place for this private highway Juan Rodolfo Cantu Hinojosa.

As an act of solidarity in this emergency, about 25 neighbors banded together to defend the family of Armando Garcia Salazar, one of the leaders of the Otomi Toltec Community. His house was completely raided and with that his whole life sullied. The repressive groups of Eruviel Avila and his boss Enrique Peña came order to evict the Otomi with great violence, mostly women, children and grandmothers. The grenadiers entered the family property by force, smashing the door with pipes and firing tear gas into the houses, kicking, dragging, pushing and pulling our Grand Mother Isabel Hernandez with her little grandchild in her arms. Isabelle is also a traditional authority and member of the Indigenous Supreme Council of Xochicuauhtla.

After this brutal attack on the Otomi Toltec Community on 11 April 2016 destroying our homes, polluting our land and exterminating our people and culture, we demand the immediate intervention of the United Nations and the International Court of Justice in The Hague for judging Enrique Peña Nieto, President of the Republic of Mexico and Eruviel Avila Villegas, Governor of the State of Mexico.

We demand that they are tried for crimes against humanity and nature, namely ecocide and genocide against the Otomi Toltec People and also for the violation of human rights, the rights of indigenous peoples and rights of nature as it is contained in the International declarations, conventions and agreements.

1. We demand the immediate intervention of the United Nations Organization and all national and international bodies to stop the police occupation and invasion by the Mexican government against our Otomi Toltec people in the communities such as San Francisco Xochicuauhtla, municipality of Lerma, State of Mexico. To stop this war of extermination, ecocide, genocide and crimes against sacred territories and humanity, which is happening right now. We demand justice! The leaders responsible for these crimes must be judged, they must pay for every abuse of power.

2. We demand from the Mexican government, the final, immediate and unconditional cancellation of the Decree of Expropriation of 33.5 Hectares in the Sacred Forest of Xochicuauhtla. This was imposed illegally on all the Otomi people, by government of Enrique Peña Nieto and Eruviel Avila Villegas. WE demand the unconditional suspension of the highway toll from Toluca-Naucalpan, in Xochicuauhtla Territory, by the Autovan Constructora Teya of the Higa Group. The immediate, total and unconditional withdrawal of the police force, bulldozers and staff of the company.

3. We demand the immediate resignation of Enrique Peña Nieto, President of Mexico and Eruviel Ávila. This government of Mexico is directly responsible for ecocide and genocidal war, using state terrorism; applying systematic violence, series of environmental crimes in the Otomi Toltec Territory, for grave violations against Mother Nature, a Human Rights.

4. We demand the UN, UNESCO, ILO, OAS and the International Community to pressure the Mexican government (executive, legislative and judicial branches of the Federal Government and the Government of the State of Mexico), to fully implementthe international conventions and treaties adopted and ratified by the Mexican Government as:
a) the Universal Declaration of the Rights of Indigenous Peoples of the United Nations Organization (UN) in 2007;
b) the American Declaration on the Rights of Indigenous Peoples of the Organization of American States (OAS) in 2006;
c) Convention 169 on Indigenous and Tribal Peoples in Independent Countries (ILO) in 1990;
d) Conventions, Treaties and International Agreements signed by Mexico to the UN Human Rights that protect and promote the collective rights of Indigenous Peoples;
e) The National Legislation and Law of Indigenous Rights and Cultures of Concord and Pacification Commission and the Mexican Congress in 2006.

Most importantly we demand the unconditional respect of all our rights as indigenous people, including the rights to self-determination, sovereignty and independence of our lands and territories, the free management of our environment, housing, social, cultural and spiritual.
We demand the end of this war of this insidious extermination in the name of so-called progress and economic development, the end of terrorism by the Government of Mexico and the State of Mexico, the end of all forms of discrimination, racism and violence against our people.

We appreciate the immediate solidarity with the Otomi Toltec people, to have the respect and be able to fully exercise their inalienable right of self-determination and as an expression of this, the Political, Territorial and Cultural Autonomy. To have the respect for all its historical and collective rights, to defend the integrity of their ancestral lands and territories, to have a harmonious land, healthy environment, water, life and happiness.

We want to live in peace, justice and dignity for all peoples and in perfect harmony with nature.

Infinite Gratitude"
Otomi Toltec Olmec Teotihuacan People & International Committee in Solidarity of the Otomi Toltec Olmec Teotihuacan People

(FRANÇAIS)

* Aux Nations Unies (ONU) à l'attention du Secrétaire Général, Ban Ki-Moon
Nations Unies, New York, NY 10017 États-Unis.

* Au Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein à Genève

* Au Secrétaire général du Bureau des droits de l'homme, Ivan Šimonović à New York

* Au Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l'homme au Mexique

* Au Comité sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale
Genève, Suisse

* Au Forum permanente sur les questions autochtones des Nations Unies à New York

* Au Rapporteur spécial sur les droits des peuples autochtones, Victoria Tauli-Corpuzà à Genève

* Au Mechanism des Experts pour les Peuples Indigènes de l'ONU à Genève

* A l'Organisation des États américains (OEA) avec une attention au Secrétaire Général, Luis Almagro à Washington

* A la Commission interaméricaine des droits de l'homme à Washington

* A l'Organisation internationale du Travail (OIT) avec l'attention au directeur général, Guy Ryder à Genève

* A l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, les sciences et la culture (UNESCO) à Paris, France

* Organisations et gouvernements du monde entier International.

De la campagne internationale de solidarité des Otomi Les gens du Lineag toltèque-olmèque et Teotihuacan

OBJET: demande instamment un soutien contre les actes de génocide et l'écocide du gouvernement mexicain

Du Comité Internationales de Solidarité avec le Peuple Otomi d’origine Toltèque-Olmeque-Teotihuacan aux quatre directions, et aux Organisations des Nations Unies et aux Organismes internationaux, demandant en urgence une aide contre les actes de génocide et l'écocide du Gouvernement Mexicain.

"Nous sommes les premières personnes le plus anciens du Mexique et du monde,
Nous sommes une culture ancestrale avec un passé lointain qui est tissé dans la nuit des temps.
Nous sommes des graines sacrées qui ont été ensemencées et germent ici, à partir de la première humanité.
Nous venons des Premières nations, des descendants directs des grandes civilisations Toltèque-Olmèque-Teotihuacan
Nous avons une mémoire collective et la conscience historique, patrimoine culturel, avec la sagesse profonde et les racines profondes des vieux arbres.
Avec le soutien de nos ancêtres, nous sommes nés ici sur cette terre d'être et de vivre interconnecté avec notre terre. Nous savons d'où nous venons et où nous allons.

Malgré l'assaut colonial et néocoloniale, invasions, guerres de conquête et d'extermination, nous avons souffert pendant les cinq derniers siècles et cela est toujours en cours. Nous, le Peuple Otomi Toltèque personnes, ont réussi à préserver notre sagesse antique, nos formes traditionnelles d'organisation sociale, la sensibilité à l'harmonie, la beauté et le caractère sacré de l'univers, l'amour et le respect de la Terre Mère et tous les êtres vivants.

Aujourd'hui, cependant, notre survie et de notre avenir en tant que peuple est de nouveau en danger!
Préoccupés par les récents événements, nous dénonçons les actes d'ethnocide et d'écocide, qui est commis en ce moment par les dirigeants actuels qui exercent d'une manière vicieuse puissance néo-coloniale.

Le gouvernement mexicain, l'établissement , l'état oligarchique nous ont imposé une culture de discriminación, le racisme, la violence, la pollution, les maladies, la destruction et l'extermination. Ils envahissent, exproprient et volent nos terres par le biais d'un système juridique raciste et corrompu, les pratiques anti- démocratiques, autoritaires et fascistes. Ils nous imposent leurs projets de mort tels que les barrages, les parcs industriels, centres commerciaux, complexes résidentiels, les aéroports, les chemins de fer et les autoroutes.

Comme leurs predecessors politiques et économiques des groupes coloniaux, ils ont mis une nouvelle fois à notre Peuple Otomi Toltèque dans une situation qui menace l’intégrité de nos terres de nos territoires et de notre cohésion ethnique et sociale. Ils piétinent la dignité de nos familles et communautés, elles mettent en péril notre culture tangible et intangible, la spiritualité ancestrale et notre vision du monde cosmique.

Ceci est un appel d'urgence et une plainte contre Enrique Peña Nieto (Président du Mexique) et Eruviel Ávila Villegas (gouverneur de l'État du Mexique),
Ils cherchent à imposer la construction d'autoroutes à tout prix, sous le couvert de tant »appelés« stratégies juridiques de façon autoritaire et violente.

Ils violent nos droits humains et comme peuples autochtones, ils nous déclarent simplement une guerre, en tuant des milliers d'arbres, la destruction de la biodiversité dans nos forêts en écrasant nos maisons et en polluant nos sources. Ils ne se soucient pas de détruire nos sites sacrés naturels et culturels. Ils commettent écocide et ethnocide contre le peuple Otomi Toltèque, affectant les communautés que Xochicuauhtla.

Leur seul but est de bénéficier d'une mafia politique et économique monopolistique, liée aux multinationales et les banques corrompues. Ils protègent les intérêts des amis et complices du gouvernement, tels que Juan Armando Hinojosa Cantú (Entrepreneur, propriétaire de Higa Group, qui est également impliqué dans le scandale mondial de fraudeurs fiscaux présumés dans les paradis fiscaux de "Panama Papers"). Chacun d'entre eux, ont déclaré mener une sorte de guerre de faible intensité, un terrorisme infligé par le gouvernement contre le Peuple Otomi Toltèque. Ceci est une campagne néocoloniale et discriminatoire des actions racistes et violents, qui constituent des crimes contre l'humanité.

Lundi 11 Avril 2016, le gouvernement en vertu de la règle de Ávila Villegas et Peña Nieto, a envahi le territoire ancestral du peuple Otomi Toltèque dans la Communauté de Xochicuauhtla, commune de Lerma par surprise à 9 heures, détruisant nos maisons et laissant notre sacré dévasté.
Plus de 1.000 policiers anti-émeutes, attribuées par la Société d'Etat de sécurité (SSC) et les forces d'action et de réaction (FAR), infiltrés dans la communauté stratégique sur trois fronts.

Le but de la police est de protéger les Buldozers de machinerie lourde, qui sont venus dans la communauté de démolir les maisons des gens. Ils étaient de la Constructora de Teya Auto-caravane Higa Groupe, leur mandat était de détruire les maisons, violant Mère Nature et balayant tout sur son passage, pour faire place à cette route privée Juan Rodolfo Cantu Hinojosa.

Comme un acte de solidarité dans cette situation d'urgence, environ 25 voisins se sont regroupés pour défendre la famille de Armando Garcia Salazar, leader de la communauté Otomi Toltèque. Sa maison a été entièrement pillé et que toute sa vie souillée. Les groups répressifs d’Eruviel Avila et son patron Enrique Peña sont venus pour expulser les Otomi Toltèques avec une grande violence, la plupart des femmes, des enfants et des grands-mères. Les grenadiers sont entrés propriété familiale par la force, brisant la porte avec des tuyaux et tirant des gaz lacrymogènes dans les maisons, coups de pied, faisant glisser, pousser et tirer la grande mère Isabel Hernandez avec sa petite fille dans ses bras. Isabelle est aussi une autorité traditionnelle et membre du Conseil suprême Indigène de Xochicuauhtla.

Après cette attaque brutale du Gouvernement Mexicain sur la Communauté Otomi Toltèque du 11 Avril 2016 détruisant nos maisons, tuer des milliers des arbres, polluer nos terres, et exterminant notre peuple et notre culture, nous demandons l'intervention immédiate de l'Organisation des Nations Unies et la Cour internationale de Justice à La Haye pour juger Enrique Peña Nieto, Président de la République du Mexique et Eruviel Avila Villegas, gouverneur de l'État de Mexico.

Nous exigeons qu'ils soient jugés pour crimes contre l'humanité et de la nature, à savoir écocide et de génocide contre les Otomi toltèques gens et aussi pour la violation des droits de l'homme, les droits des peuples et droits de la nature indigènes comme il est contenu dans les déclarations internationales, conventions et les accords.

1. Nous demandons l'intervention immédiate de l'Organisation des Nations Unies et tous les organismes nationaux et internationaux pour arrêter l'occupation de la police et de l'invasion par le gouvernement mexicain contre notre Peuple Otomi Toltèques dans les communautés telles que San Francisco Xochicuauhtla, commune de Lerma, État de Mexico . Pour arrêter cette guerre d'extermination, écocide, génocide et crimes contre l'humanité et territoires sacrés, ce qui se passe actuellement.
Nous exigeons la justice! Les dirigeants responsables de ces crimes doivent être jugés, ils doivent payer pour tous les abus de pouvoir.

2. Nous exigeons du gouvernement mexicain, l'annulation définitive, immédiate et inconditionnelle du décret du Expropriation de 33,5 Hectares du Territoire Sacré de Xochicuauhtla. Cela a été imposé illégalement sur tout le peuple Otomi, par le gouvernement de Enrique Peña Nieto et Eruviel Avila Villegas. Nous exigeons la suspension inconditionnelle de l'autoroute à péage de Toluca-Naucalpan, dans Xochicuauhtla territoire, par le Constructora Teya Auto-caravane du Groupe Higa. Le retrait immédiat, total et inconditionnel des forces de police, des bulldozers et le personnel de l'entreprise.

3. Nous exigeons la démission immédiate de Peña Nieto Enrique, Président du Mexique et Eruviel Ávila. Le gouvernement du Mexique est directement responsable de l'écocide et de la guerre génocidaire, en utilisant le terrorisme d'État; l'application de la violence systématique, série de crimes environnementaux dans le territoire Otomi toltèque, de graves violations contre Mère Nature, un droits de l'homme.

4. Nous exigeons l'ONU, l'UNESCO, l'OIT, l'OEA et la communauté internationale à faire pression sur le gouvernement mexicain (exécutif, législatif et judiciaire du gouvernement fédéral et le gouvernement de l'État du Mexique), aux conventions et traités internationaux pleinement implementthe adoptés et ratifié par le gouvernement mexicain:
a) la Déclaration universelle des droits des peuples autochtones de l'Organisation des Nations Unies (ONU) en 2007;
b) la Déclaration américaine sur les droits des peuples autochtones de l'Organisation des États américains (OEA) en 2006;
c) Convention 169 relative aux peuples indigènes et tribaux dans les pays indépendants (OIT) en 1990;
d) conventions, traités et accords internationaux signés par le Mexique aux droits de l'homme des Nations Unies qui protègent et promeuvent les droits collectifs des peuples autochtones;
e) La législation nationale et du droit des droits des peuples autochtones et des Cultures de Concord et de Pacification Commission et le Congrès mexicain en 2006.

Plus important encore, nous exigeons le respect inconditionnel de tous nos droits en tant que peuples autochtones, y compris les droits à l'autodétermination, à la souveraineté et l'indépendance de nos terres et territoires, la gestion libre de notre environnement, le logement, social, culturel et spirituel.
Nous exigeons la fin de cette guerre d'extermination insidieuse au nom de la soi-disant progrès et le développement économique, la fin du terrorisme par le gouvernement du Mexique et l'État de Mexico, la fin de toutes les formes de discrimination, de racisme et de violence contre notre peuple.

Nous apprécions la solidarité immédiate avec le Peuple Otomi Toltèque, d'avoir le respect et être en mesure d'exercer pleinement son droit inaliénable à l'autodétermination et comme une expression de cela, la politique, territoriale et l'autonomie culturelle. Pour que le respect de tous ses droits historiques et collectifs, pour défendre l'intégrité de leurs terres et territoires ancestraux, d'avoir une terre harmonieuse, un environnement sain, l'eau, la vie et dans la joie.

Nous voulons vivre en paix, la justice et la dignité pour tous les peuples et en parfaite harmonie avec la nature.

Gratitude Infinie"
Peuple Otomi Toltèque Olmèque Teotihuacan
Comité Internationale de Solidarité pour le Peuple Indigène Otomi Toltèque Olmèque Teotihuacan

[signature]

14 signatures

Share this with your friends:

   

Latest Signatures
14Patricia HerbulotAug 24, 2016
13Eric PerrinAug 19, 2016
12Myriam BenguerineAug 12, 2016
11Danièle PiguetAug 02, 2016
10Hélène bonnaudJul 30, 2016
9Gaelle LeonJul 30, 2016
8Elamraoui chantalJul 30, 2016
7Kilicaslan RoseJul 29, 2016
6CHAPOY ELISABETHJul 29, 2016
5Karine FLACHER-PERRINJul 27, 2016
4emmeline martelletJul 20, 2016
3Despertar MexicoJul 10, 2016
2Georgina HernandezJul 10, 2016
1Toltec EldersJul 02, 2016